Le fils à Jo

Publié le par littlefrog

lefilsajo.jpg

 

 

Synopsis :

Petit-fils d’une légende de rugby, fils d’une légende, et lui-même légende de rugby, Jo Canavaro élève seul son fils de 13 ans, Tom, dans un petit village du Tarn.
Au grand dam de Jo, Tom est aussi bon en maths que nul sur un terrain. Pour un Canavaro, la légende ne peut s’arrêter là, quitte à monter une équipe de rugby pour Tom contre la volonté de tout le village et celle de son fils lui-même…

 

Mon avis :

De moi-même, je ne serais sûrement pas allée voir ce film, c’était le choix de ma belle-mère.
Je commence juste par un aparté, j’ai horreur des titres de film avec une faute de français, tout ça pour indiquer en plus que les rugbymen sont des sportifs, donc ne sont pas bons à l’école, donc ne parlent pas bien français. Déjà, rien que cela, c’est un rien réducteur, et ne justifie pas selon moi de placarder partout cette faute de français infâme.

Ca s’est fait.

Je suis sortie du film avec un avis mitigé. Je me suis ennuyée une bonne partie du film, tout comme ma belle-mère. Il ne se passe pas grand-chose, certaines parties du film sont hachées et ont l’air juxtaposées les unes aux autres sans grand intérêt. De plus, il y a un peu trop de bon sentiment dans ce film, ce qui est au bout d’un moment un peu écœurant. Mais il s’avère que j’ai un souci avec les bons sentiments et les films français. Entre nous, ce film est terriblement français, un peu ennuyeux, pleins de bon sentiment, avec une morale, et qui se termine bien.

Ceci dit, la dernière partie du film a réussi à m’emporter un peu, je ne me suis plus ennuyée, j’ai enfin réussi à m’attacher un peu aux différents personnages (moins caricaturaux au bout d’un moment je dirais), et j’ai même versée une petite larme à la fin, je ne sais même plus pourquoi, mais je rappelle également que je pleure sans arrêt devant les films, alors ce n’est pas un grand critère.

Bilan : très mauvais début, bonne fin, on s’ennuie un petit peu (trop), mais ça se laisse regarder quand même, sans plus.

Publié dans cinéma

Commenter cet article