Intouchables

Publié le par littlefrog

 

intouchables.jpg 

 

 

Synopsis

A la suite d’un accident de parapente, Philippe, riche aristocrate, engage comme aide à domicile Driss, un jeune de banlieue tout juste sorti de prison. Bref la personne la moins adaptée pour le job. Ensemble ils vont faire cohabiter Vivaldi et Earth Wind and Fire, le verbe et la vanne, les costumes et les bas de survêtement… Deux univers vont se télescoper, s’apprivoiser, pour donner naissance à une amitié aussi dingue, drôle et forte qu’inattendue, une relation unique qui fera des étincelles et qui les rendra… Intouchables.

 

 

Mon Avis

Devant l’engouement suscité par ce film aussi bien dans les médias, que dans mon entourage (j’ai croulé sur une pluie de statut facebook du genre « Intouchables… Inratable », mais aussi sous les « quoi ???! tu n’as pas vu Intouchables, mais sérieux vas-y tu vas trop rire !), je me suis décidée à aller voir Intouchables. Les films français ce n’est pas trop mon truc en général, et là, j’avoue que le sujet du film ne me tentait que moyennement (oui, je sais « Quoi ??? Non mais sérieux tu ne peux pas dire ça, c’est génial !! »).

Mais force est de constater que j’ai entendu dire, et j’ai vu ensuite par moi-même, que ce film attirait vraiment les foules, que les séances étaient complètes parfois même 2h à l’avance, et que les autres films bénéficiaient de cette engouement, car les spectateurs non diligents se rabattaient sur d’autres films, et que le cinéma était de ce fait plein à craquer.

 

Et alors ? Oui, je sais, je passe presque toujours plus de temps à vous dire le pourquoi du comment je suis allée voir le film, plutôt que de vous dire ce que j’ai pensé du film… mais j’aime bien.

 

Alors, j’ai effectivement beaucoup aimé le film. J’ai bien ri, mais pas non plus sans discontinuité, et surtout, j’ai été émue à plusieurs reprises, voir très émue (Bon, d’accord, oui j’ai pleuré, mais avec moi c’est facile !). Et c’est surtout pour ça que j’ai aimé le film d’ailleurs, car il n’est pas seulement amusant, il est également profond.

Alors certes, il y a un petit quelque chose de cliché dans les deux personnages, l’aristo qui écoute de la musique classique, le banlieusard sans avenir et sans but, mais j’ai envie de dire : Et alors ? Après tout, cette histoire est tirée d’une histoire vraie, et il est fort à parier que l’on ne doit pas être loin de la réalité. Et ce n’est pas parce que c’est cliché que ce n’est pas un peu vrai, c’est d’ailleurs la raison d’être des clichés. Je veux bien croire que c’est ennuyeux quand on en reste là, à ce cliché, et que l’on tombe dans la facilité, mais ce n’est pas le cas du film.

J’ai lu une critique qui disait que les personnages n’évoluaient pas, qu’une fois les bases du cliché posées, il n’y avait aucun changement. Je ne suis pas certaine d’avoir vu le même film pour le coup, car au contraire, ce film montre combien deux hommes qui sont radicalement opposés peuvent s’apporter, se redonner espoir, se redonner des buts, qu’il y a du bon à prendre des deux côtés. Encore une fois, dit comme ça, cela peut paraître assez facile, et encore une fois cliché, mais ce n’est pas le cas, car tout est fait en finesse.

L’histoire alterne les moments de rire, et les moments plus sérieux avec brio, il y a un juste équilibre qui est tout simplement parfait. Les acteurs sont fantastiques. Je le savais déjà pour François Cluzet, je l’ai découvert pour Omar Sy qui est vraiment, vraiment très juste, ce qui pour moi est une véritable révélation (et j’ai cru comprendre que je n’étais pas la seule).

C’est un très bon film donc, je ne peux pas le dénier. Cependant, j’ai quand même du mal à comprendre l’engouement et le succès si rapide de ce film. C’est un très bon film, je le reverrai avec grand plaisir, mais de là à dire que c’est pour moi LE succès de l’année. Mais pourquoi pas, après tout, je n’avais pas vraiment aimé les Ch’tis, et cela n’a pas empêché le succès qu’on leur connaît (heureusement pour eux d’ailleurs !)

 

Pour finir, je veux juste signaler que c’est la crise, que le téléchargement tue l’art cinématographique… mais j’ai l’impression que le cinéma français s’est rarement aussi bien porté même si certains journalistes crient au scandale devant l’engouement pour « La guerre est déclarée » (que je n’ai pas vu), « Polisse » (que j’ai trouvé réussi, sans l’apprécier pour autant pleinement) et donc dernièrement « Intouchables » (dont vous venez de lire la critique, je vous le dis au cas où vous auriez eu un moment d’absence, on ne sait jamais).

 

Et pour finir pour de bon cette fois, promis, la prochaine fois, je trouverai un synonyme au mot « engouement », mais je crois que vous avez bien compris le message du coup.

 

Publié dans cinéma

Commenter cet article

valou 15/11/2011 13:07


ce film est une pépite. je vois de quelle critique tu parles et elle m'a fait un effet repoussoir, je n'ai pas acheté le mag'...car ayant vu le film, je trouvais qu'ils étaient à côté de la plaque,
et que c'était de la critique...pour faire autrement que les autres...bon et il faut voir aussi le lectorat de cette revue !
bref, pour moi c'est LE film français de l'année, peut-être un petit chouilla devant The artist ..;quand même...quoique ils sont tellement différents...


littlefrog 15/11/2011 22:41



J'ai lu la critique en diagonale, car j'étais curieuse de voir ce que l'on pouvait reprocher au film, et j'ai trouvé la critique vraiment facile et injustifiée.


Je n'ai pas vu The Artist, et je ne suis pas certaine d'avoir le temps de le voir avant qu'il quitte nos salles de cinéma, faute d'avoir quelqu'un prêt à venir voir un film muet avec moi !